Accueil  .  Thèmes  .  Contact
visiteurs

CSS Valide !

Valid HTML 4.01 Transitional

 

Itinéraires

Architecture vernaculaire

Dans les départements du Var et des Alpes-Maritimes la tradition de dessication des fruits pour leur conservation a permis pendant des siècles aux populations du haut pays de disposer toute l’année des fruits de leurs vergers et d‘améliorer ainsi leurs dures conditions d’existence. Cette tradition a laissé des traces encore visibles dans l’architecture de nombreux villages soit par le maintien sur les façades des barres de soutien des grilles de séchage, soit par l’existence de greniers ou de ruines de constructions spécialement  adaptées au séchage.

Dans de nombreux pays d'Europe où la présence de la pierre domine le paysage et où le climat impose des précautions particulières, les apiculteurs ont construit des murs ou utilisé des murs déjà édifiés. Ils y ont aménagé des alvéoles ou logettes à l'intérieur desquelles ils ont placé leurs ruches à l'abri du vent et de la pluie. Selon les lieux ces ruchers sommaires portent des noms particuliers, bee-boles en Grande Bretagne, apiers ou apiès en Provence ; ailleurs on les nomme murs alvéolés, murs à logettes ou murs à niches, ce qui correspond bien à leur morphologie. Plus généralement et depuis très longtemps on les qualifie de murs à abeilles.

Anecdotes historiques

Chroniques varoises
Jeannine de Ridder & Émilie Michaud-Jeannin
En liaison avec les « Communes du Var », cet itinéraire nous présente quelques personnages et anecdotes qui méritent d'être décrits en détail. Les extravagances et les libertés prises avec la vérité historique peuvent inciter les lecteurs à exprimer leur point de vue. Nous les publierons.

Études ethnographiques

Du versant sud des Pyrénées aux rives de l'Ebre, le nord-est de l'Espagne offre aux chercheurs un immense réservoir de traditions populaires riches et variées. L'apiculture ancienne y figure en bonne part avec un déploiement de constructions et de pratiques originales considérable. Une sélection de 12 secteurs représentatifs d'une tradition particulière est présentée ici. Chaque secteur est illustré de fiches techniques détaillées. Au total, plus de 300 fiches consultables sur notre banque de données donnent une vision concrète de ce panorama de l'Espagne du nord-est.

Patrimoine diffus

Grottes sanctuaires du Var et autres lieux rupestres aménagés
Jeannine de Ridder & Émilie Michaud-Jeannin
Le département du Var, remarquable parce que le fleuve Var n' y coule pas, compense cette carence par une abondance de petits cours d'eau et de sites rupestres. Presque toutes les communes sont dotées d'une ou plusieurs grottes qui, au cours de l'histoire, ont été exploitées par l'homme soit comme habitat, soit comme sanctuaire. Emilie Michaud-Jeannin et Jeannine de Ridder ont eu la patience de parcourir le pays en relevant les particularités de 50 de ces communes. Au passage, elles ont noté les souvenirs laissés par des personnages remarquables et des anecdotes étonnantes qui laissent encore la porte ouverte à des polémiques qui feront certainement l'objet des remarques de nos lecteurs.

L'histoire de Lormont, le laurismontus des anciens, est liée à l'eau depuis des temps immémoriaux. Le port installé sur la rive de la Garonne a favorisé le développement de la bourgade du Moyen-Âge. Les nombreuses sources qui sourdent du coteau ont permis de répondre à la fois à la demande en eau douce de la population et au ravitaillement des bateaux de passage. Puits, fontaines, lavoirs émaillent encore le territoire de la commune et témoignent d'un passé d'abondance inépuisable. L'accès au précieux liquide était souvent payant et c'est au XIXe siècle qu'un système de distribution a été organisé, préfigurant le concept d'un service public de gestion de l'eau.

Études protohistoriques

Sur les pentes du Mont Bego, dans le parc du Mercantour (Alpes-Maritimes), quelques 32 000 gravures,  décrivent à l'air libre sur les vastes dalles de la montagne des scènes d'une agriculture primitive qui était en usage dans les vallées environnantes, il y a environ 3 000 ans. La figure dominante des représentations graphiques du site est celle de couples de bovins jougués, dessinés avec des cornes symboliquement démesurées. Les gravures concernent aussi d'autres animaux et les outils utilisés, chars, travois, araires., et même des personnages humains. L'ensemble est précieux pour la connaissance de la culture chalcolithique.