Secteur n° 7

Ruchers du Moncayo

Note de synthèse

Aquarelle guibillon

Aquarelle de Jacques Guibillon (2005)

Coupe d'un rucher horno

Coupe d'un rucher de type horno

La liste présentée ici ne concerne que les ruchers situés dans quatre communes situées à l'est du massif du Moncayo : Borja, Bulbuente, Fuendejalon et Vera de Moncayo. Elle ne prend pas en compte l'ensemble de la zone qui entoure le Moncayo mais elle semble être la plus riche en vestiges de la tradition apicole.
Elle se caractérise par une prédominance de ruchers à façade fermée contenant des ruches horizontales fixes, englobées dans la maçonnerie. L'appellation locale de ces ruchers est hornos ou hornillos ou parfois arnales. (cf. typologie consultable sur le site)
Les ruchers présentés ont la particularité d'être très anciens. La construction de certains d'entre eux est datée de manière avérée du début du XVIIe siècle et témoigne d'une tradition plus ancienne.
L'abondance des ruchers hornos décrits ne doit pas faire préjuger de l'absence de ruches verticales dans les traditions locales.
L'usage combiné des deux types de ruches, horizontales et verticales, est attesté dans la région par l'ouvrage de Gil de Magallon publié en 1621 et par le témoignage de Morales, le fonctionnaire municipal de Borja chargé jusqu'en 1970 du soin des ruchers privés.
Les emplacements de ruches verticales n'ont pas été conservés, en revanche les ruchers hornos, constitués d'un massif de maçonnerie tubulaire ont bien résisté au temps et demeurent visibles des années après l'abandon des locaux et la destruction de leur toiture.
On constatera que la plupart des ruchers décrits sont composés d'une petite construction comportant un bloc de deux ou trois rangées de tubes insérés dans la maçonnerie et à l'arrière des tubes un espace couvert pouvant être hermétiquement clos. Les ruchers sont souvent entourés d'un petit enclos à murs bas et quelquefois de terrasses qui sont plantées d'arbustes qui pouvaient être destinés à recevoir les essaims.
Les tubes reçoivent les colonies d'abeilles ; ils sont légèrement tronconiques ; la partie la plus étroite est à l'avant du bâtiment ; elle est fermée par un bouchon en pierre ou en mortier qui laisse entrer les abeilles par un petit orifice situé à la partie inférieure. Cet orifice nommé piquera est généralement agrémenté d'une margelle destinée à faciliter l'envol des abeilles. À l'arrière des tubes, un opercule amovible permet la visite de l'intérieur de la ruche et en particulier la récolte.
Les dimensions des tubes sont à peu près les mêmes dans toute la zone décrite : longueur moyenne 110 cm (maximum 120), diamètre extérieur 24 cm, diamètre intérieur 33 cm.

En 2005, il n'y avait plus que 2 ruchers sur 35 qui étaient encore en exploitation.


Origine des fiches
Robert Chevet : RCH